Cet article a été publié le 15 January 2019.

bd-soumettre-janvier-2019-optLes dernières mises à jours de notre cher algo préféré rendent la tâche SEO en 2019 un peu plus complexe que le simple « tricks ».

En écartant donc ce sujet, aussi passionnant soit-il, il est clair d’admettre que les « hacks » on site sont désormais très connus. Tout le monde sait qu’il faut bien faire la cuisine, certes, encore faut il que cela soit le cas sur l’ensemble des sites, et il y a encore un boulevard à explorer.

Aussi, si le fun de la complexité est attirant, cela ne doit pas vous détourner de la réalité aussi banale qu’évidente mais qui apporte son lot de leviers puissants qui ont sans doute le plus de poids dans la réussite du SEO de votre site.

Si on écoute les saintes paroles de certains, vous êtes un gros naze si jamais vous n’arrivez pas à faire une architecture de site pyramidale, si jamais vous ne bâtissez pas votre réputation, si vos pages ne respectent pas une structure écrite dans le marbre des bonnes pratiques, si votre site n’est pas PWA ou AMP etc, etc…

La dure réalité ce sont des blocages organisationnels, humains, de temps, techniques, financiers… qui peuvent mettre à mal votre bonne volonté et vos connaissances SEO. Et dans ces cas-là, en prenant compte que le comportement utilisateur est de plus en plus « mesuré », les vrais tricks sont dans votre capacité à réussir à mettre en place les basiques du référencement !

Vous pouvez reprendre donc la structure historique du SEO : Contenu, technique et popularité et travailler en ce sens.

Du backlinks tu créeras

Cela ne va surprendre personne, mais cette tâche est souvent la plus chronophage et la plus complexe. Afin de rester « naturel », votre travail devra rester sous le radar du curseur « spammy ». Après à vous de raisonner court terme ou long terme selon votre objectif, mais bosser du netlinking tout en trustant votre site, c’est non seulement possible mais aussi recommandé dans des domaines dans lequel votre site est légitime : partenaires, sites du « groupe », sites pros reconnus, etc…

Tout le monde sait cela, en tout cas sur les principes, pour la mise en pratique, il y a tout un tas de bonne raisons pour lesquelles cela n’est pas fait avec les recommandations de base. Quand les moyens sont limités, on peut alors avoirs recours à des techniques plus spammy telles que les PBN, avec les risques encourus.

Du contenu adéquat tu écriras

Sans contenu, la puissance n’est rien, ça tous les SEO le savent. Mais écrire du contenu qui plaît à Google est un peu plus complexe désormais. Il faut deviner l’intention de recherche et essayer de plaire à un robot qui essaie de plaire aux humains. Aussi il faut trouver le juste ton entre le contenu pour Google et le contenu apprécié des utilisateurs. Et cela ne va pas sans dire que beaucoup de choses sont à faire sur la quasi totalité des sites.

Que ce soit dans la nature ou dans la structure, d’immenses optimisations sont possibles même sur des grosses entités. Surtout que désormais le comportement des internautes  est pris en compte.

Du fixing technique tu entreprendras

L’expérience et les différentes études comme celle de Semrush récemment montre que des optimisations basiques vieilles comme le monde sont toujours d’actualité, ce qui montre leur difficulté de mise en place aussi « simples » sur le papier soient-elles.

Parmi les plus répandues, citons les pages en erreur (404, 500 et cie…), qui peuvent permettre de récupérer des liens et d’améliorer le crawl. En parlant de crawl, on peut parler aussi de pages « inutiles » massivement indexées (volontairement ou involontairement) comme les pages de résultats de moteurs internes. Bien présent également : le contenu dupliqué qui est une vraie plaie, que ce soit on-site ou off-site et pas toujours évident à éliminer. Les images non optimisées, du code lourd dans des technos vieillottes et pas toujours utiles…

Autre curiosité récurrente, les « bonnes idées de développeurs », même avec de la très bonne volonté,  qui ne sont pas nécessairement sensibilisés au SEO et qui vont lancer des évolutions techniques sur le site que le robot ne va pas arriver à crawler ou qui vont en ralentir son affichage… ce sont là des exemples aussi répandus que complexe à faire bouger.

Aussi en 2019, même si la veille techno permettra d’ouvrir de nouvelles opportunités, on fait encore de très bonnes confitures SEO dans nos vieux chaudrons alors n’hésitez pas à aller y jeter un œil pour vos prochains chantiers.