Cet article a été publié le 02 October 2018.

bd soumettre septembre

Les mises à jour Google de plus en plus régulières, font régner un climat de terreur au sein du SEO : quels sont les sites qui vont monter et quels sont ceux qui vont descendre ?

Chaque mise à jour a son lot de gagnants et de perdants mais aussi ses explications. Par exemple Penguin est axé sur les liens sur optimisés ou jugés factices et Panda sur le contenu.

Comment réagir alors à chaque mise à jour et comment faire en sorte qu’un client ne se retrouve pas dans l ‘incertitude du couperet qui risque de tomber à un moment à un autre ?

Vous utilisez le SEO, donc c’est risqué par nature

On va mettre les pieds directement dans le plat : le SEO c’est le mal pour Google et plus vous poussez le curseur vers des techniques risquées et appuyées, plus vous jouez avec le feu ! Le risque zéro n’existe pas. Bien entendu là, ce sont les liens qui sont particulièrement visés : au cœur des algos de bon nombre de moteurs de recherche pour ne pas dire la totalité, ils sont un indice de popularité du site. Comme ils sont manipulables, plus ils sont voyants, plus les risques encourus d’être pris la main dans le sac sont élevés.

Au niveau contenu même chose, faites une joli bouillie de mots, du texte blanc sur fond blanc et pas sûr que ça tienne longtemps au niveau pérennité … on pourrait citer des dizaines d’exemples mais je crois que vous avez saisi le principe.

Oui, Google est injuste !

Combien de fois un patron ou un client m’a dit « Mais pourquoi on fait pas comme mon concurrent ? Lui ce qu’on fait pas, il le fait et pourtant il est devant nous ! ». Autant dire « Oui mais pourquoi on roule pas à 210 comme le gars sur la file de gauche, il va arriver à destination avant nous ! ». Le parallèle, c’est la gestion du risque. On peut rouler à 210 et pas se faire choper au radar ou se faire choper à 135 et c’est pareil pour Google : il peut défoncer un site qui n’a que quelques liens ancrés ou achetés et laisser passer à travers les mailles du filet un site qui fait des liens en automatique sur des sites pourris, il n’y a pas de justice.

T’es gentil coco, mais on fait comment nous du coup ?

Je vais vous donner ma méthode pour passer sereinement toutes les mises à jour sans faire dans son slip. Bien entendu ça ne veut pas dire que les sites vont avoir la belle vie tout le long, mais je les préserve massivement des tempêtes algorithmiques de notre ami Google.

1.Un contenu adapté à votre marché et à l’intention de recherche

Avant d’envoyer la sauce, faites la base. Il est vrai que la production de contenu pertinent peut être fastidieux pour certains, pour autant cela va faciliter le positionnement de votre site via les autres leviers ! Donc arrêtez de faire les feignasses et sortez-vous les doigts pour faire une typologie de page « attendue » par l’utilisateur et du contenu qui couvre le besoin de l’intention de recherche.

Par exemple, sur une requête « recette de crêpes », inutile de lui faire le Wikipédia de la crêpe, l’utilisateur s’en fout et le robot sait désormais qu’il ne cliquera pas sur ce genre de résultats. Il faut que votre « came » soit bonne à la base !

2.Trustez votre site !

C’est l’élément le plus important du process : au lieu d’aller inscrire votre site sur tout un tas d’annuaires et autre spots pourris, donnez une « autorité » à votre site en lui donnant des liens légitimes, même en nofollow !

  • Une page Google My Business avec un business.site (site google)
  • Relier l’url de son site au site web de l’entité sur la page my business
  • Une page Facebook officielle (page adresse), instagram, linkedin, viadéo…
  • Indiquez l’url de votre site sur votre CV et sur le CV de vos employés si possible

etc…

le principe est d’ouvrir tout un tas de pages « officielle » sur différents typologies de sites qui s’y prêtent (pros, réseaux sociaux…).

Il en va de même pour le contenu sur le site : faites une page détaillée de l’activité du site (about us), présentez les équipes, travaillez votre page contact, mettez vous au pli sur la législation : RGPD, cookies, CGV/CGU etc… bref, montrez patte blanche.

3.Donnez-lui d’autres liens légitimes

Votre site a des partenaires ? Des clients ? prestataires ? Il fait parti d’un groupe ou d’une filiale ? Pourquoi ne pas faire des liens de ce type pour asseoir l’environnement de votre site.

Il poste des annonces d’emplois ? Est-ce qu’il renseigne le lien du site de la marque sur son profil ou dans la description de l’annonce ?

Pour aller plus loin, faites du relation presse : Vous avez un produit correspondant à une saisonnalité ? Un journaliste veut présenter les sociétés locales via un article ? Demandez-lui de faire un lien vers votre site.

Il y a tout un tas d’idées à explorer qui font que ce netlinking a un signal « safe » de « non manipulation » abusive du moteur. Qui pourrait vous reprocher chacun de ces liens ?

4.Du lien branding… a presque 100% !

Alors allons droit au but : oui le lien avec un ancre exacte ou optimisée ça marche bien. En fait trop, car la plupart des mises à jour google concerne ce point. Même si les mises à jour plus récentes prennent de plus en plus en considération le comportement de l’internaute, le lien a un poids très puissant dans les critères de ranking.

Je préconise donc pour ma part de ne faire que du branding même sur des pages catégories ou produits. Si votre site a une grosse autorité sur sa marque, vous n’aurez même pas besoin d’avoir beaucoup de liens sur vos landing pages pour vous positionner. J’ai fait ranker des sites entier comme ça sur des requêtes concurrentielles et ça a toujours bien fonctionné.

Conclusion :

Au final, il faut retenir qu’on peut jouer avec les principaux leviers de manipulation de l’algo « dans les règles » ou en tout cas le plus en dessous possible du radar. Chaque mise à jour apporte son lot de surprises mais elles ne m’inquiètent plus autant car je sais que ce que je propose est en adéquation avec les attentes UX et moteur. On a ainsi une approche beaucoup plus sereine qui lorsqu’on allume un cierge en laissant passer la tornade, espérant que la tempête n’ait pas tout emporté car on a fait le sagouin pour positionner son site !