Cet article a été rédigé par Beetle SEO et publié le 07 June 2017.

Préambule : C'est quoi, le guest blogging ?

Pour celles et ceux qui ne connaissent pas cette pratique, voici une petite présentation explicative :

Vous êtes responsable de site web ou webmaster et vous êtes contacté, généralement par email, pour diffuser un contenu "clef en mains" dans la thématique que vous traitez. L'article en question se présente soit comme "invité" ou même en tant que "sponsorisé" voire au nom même de votre site avec un arrangement discret.

Quand Google est embêté, alors il menace !

Le netlinking devenant de plus en plus compliqué, la tentation est donc grande de se jeter dans l'achat de liens. Et les SEO ont bien compris que ce système est difficilement traçable, s'il est bien fait, pour la firme de Mountain View. Comment justifier de la non-véracité d'un article ?

Les limites des algorithmes sont donc là et même les quality raters ne peuvent prouver certains posts comme étant en violation avec les guidelines. Pour contrer celà, Google continue sa guerre psychologique envers les tricheurs en brandissant des menaces et ses arguments sont donc discutables comme par exemple :

-Mettre des liens systématiquement en nofollow : Autant dire aucun "jus seo" pour le site linké, une directive qu'ils avaient fait passer pour les partenariats avec les blogueurs notamment qui en profitent pour certains de faire payer une option supplémentaires pour que le lien sortant soit "Dofollow". Celà veut dire que le schéma inverse manipule l'algorithme, vous aurez compris ;), des tests récents ont d'ailleurs validé ce principe même si la firme annonce systématiquement que de lier les sites d'autorité "n'améliore pas votre ranking"

-Ne pas publier des articles dont l'auteur maitrise mal le sujet : Donc celà veut dire que madame michu qui fait un petit article sur l'efficacité de sa bouillie bordelaise sur son blog de jardinage canalblog peut se faire défoncer son site ? Soyons sérieux, c'est surtout pour ne pas inciter les webmaster à publier systématiquement des contenus "invités".

-Vérifier si l'article en question n'a pas été publié massivement ailleurs : On ne va pas les blâmer la dessus mais par exemple on ne compte plus les communiqués de presse diffusés sur tous les webzines qui sont repris mot pour mot et indexés sans qu'aucune balise rel=canonical ne soit posée ! Est-ce que tous ces sites se sont pris des pénalités ? Vous vous doutez bien que non...

-Balancer à Google si vous êtes démarché par ce genre de mail : Pour tuer un tricheur, le meilleur moyen c'est la délation ! Histoire de bien faire peur bien entendu, c'est écrit noir sur blanc sur le site de Google et force est de constater que ça a déjà marché. Mais ce recours montre également la difficulté qu'ont les équipes de la firme de lutter contre les manipulations de son algo via ces systèmes.

La vente de liens connaît un nouvel âge d'or

Trouver des plans backlinks prends beaucoup de temps surtout pour trouver "des bons liens". Aussi en dehors des démarchages "en direct", cette pratique est en pleine progression via de nouvelles plateformes telles que "Soumettre.fr" qui rendent indétectables les mises en relation clients<->diffuseurs.

L'annonce de Google, en lisant entre les lignes, c'est surtout de faire la chasse à tout type de business lié à la publicité qui lui échappe afin de garder le contrôle sur l'aspect financier tout en pénalisant ceux qui tentent de le contourner. Et quand il leur est impossible de déterminer l'aspect manipulation, la menace est brandie par aveu d'impuissance, alors ne tombez pas non plus dans le piège !